Recevoir la newsletter

Recevez chaque semaines la newsletter étapes:

Cruelles Fleurs . what a young girl should not know

Partager ce projet

Par Eleonore tisseyre
Ecole de Communication Visuelle (Paris)
Le 26.07.2017

Ce projet s’intéresse au fantasme, à l’influence du regard de l’autre, et à l’idée que toute relation humaine est une forme d’appropriation.
Il se penche particulièrement sur celle de l’artiste à la muse, qui est à mon sens la parfaite et extrême illustration d’un rapport désirant/désiré.

À travers une série de photographies, je raconte l’histoire d’une Femme sous le désir d’un Autre.
En prenant conscience d’être regardé par autrui, elle se découvre objet pour lui. Son regard l’atteint et la métamorphose. L’autre voit en elle ce qu’il veut voir, et elle ne vit plus qu’à travers ce voile qu’il a imaginé. La femme devient son immobile, une sculpture, une nature morte dépossédée de son être, car à rêver l’impossible, il pourrait désirer le possible.

1 . EDITION
Une édition rassemble ces photographies ainsi qu'une curation de contenu littéraire et philosophique accompagnée de notes personnelles:
introduction: notes sur le désir
1. innocente beauté, ou la perversité féminine
2. l’expérience du regard
3. à cœur défendu, le corps défendant
4. au dés-usage des jeunes filles en fleur
notes de fin: chasser les pensées érotiques

2 . EXPOSITION
Accentuant encore davantage l’idée de la seconde peau, du voile recouvrant la femme, de sa multitude d'identités, une sélection d'images est imprimée en grand format sur du verre organique. Suspendues et légères, elles se cachent et se superposent, et réagissent ainsi, par un jeu de transparence, à la lumière.

L'ensemble des photographies est visible ici : https://cruelles-fleurs.tumblr.com

+ d'images du projet ici :
http://www.eleonoretisseyre.com/cruelles-fleurs.html

Partager cette page